Printemps roumain à Bruxelles

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine organise

Samedi 13 avril 2019 àpd 12:00
...

Lire la suite...
Journée Internationale des Roms

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine vous invite à la

...

Lire la suite...
L’éducation des jeunes roms – facteur de succès et d’intégration

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
organise

...Lire la suite...
Roma Forum

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine
organise

...Lire la suite...
Elle/ZIj - La Semaine de la Femme

Elle/ZIj - La Semaine de la Femme

...

Lire la suite...
Femmes au micro

Femmes au micro - Les femmes dans les médias

...Lire la suite...
Exposition - Femmes et images

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine & Arthis Artists
organisent

...

Lire la suite...
La femme et les doubles standards

La femme et les doubles standards

...

Lire la suite...
Câmp de lavanda - Concert avec Maria Gheorghiu

 Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et MusicArthis - Piano B-Art organisent

À l'occasion de...

Lire la suite...
Atelier créatif Martisoare et Martenitsa

Arthis - La Maison Culturelle Belgo-Roumaine, Arthis Artists, Basarabeanca, I-Art, Orpheus, l’Association des Parents Roumains de Belgique, We in Europe...

Lire la suite...

Arthis – La Maison Culturelle Belgo-Roumaine et Arthis Artists
organisent

Lancement de livre
Între alb şi negru /Entre le blanc et le noir (Ro/Fr)

Poèmes de: Georgeta Suta

Version française : Elisabeta Finta et Marie-Paule Barou

Dimanche 09.12.2018 à 16:00 chez Arthis
Rue de Flandre 33, 1000 Bruxelles

Georgeta Suta 2018

« Loin de son pays natal, Georgeta Şuta redécouvre elle-même les vertus de la langue maternelle, en se découvrant dans des textes qui frémissent de nostalgie, d’amour, de signes d’une absence tragique. C’est une vérité que seulement ceux qui sont loin de leur pays, des lieux de leur enfance et des êtres chères, peuvent la confirmer : la patrie signifie, avant tout, la langue maternelle.<…>
Grâce au lyrisme, la poète Georgeta Şuta essaie de se découvrir soi-même, en redécouvrant, d’une innocence charmante, sa propre langue maternelle. Elle le fait par l’intermédiaire de poèmes sentimentaux, de chansons murmurées pendant les moments de nostalgie, de bouleversement existentiel, dans des textes marqués par un déchirement troublant, par un état de déroute que seulement le déraciné peut connaître, dans un exil provoqué par les forces obscures d’une histoire impardonnable.
Éloignée de la voix douce de sa mère, de la terre où dorment ses ancêtres, la poète écrit une sorte de chansons d’éloignement, « lettres nostalgiques », avec des vers troublants d’amour, transcrits avec une plume mouillée non pas dans l’ancre, mais dans les larmes de feu (« brûlantes ») du désert existentiel. À la différence des autres maîtres de la lyre, la poète est préoccupée non pas par les trucs rhétoriques ou par les stratégies linguistiques, mais plutôt par l’exploration de la vérité profonde de son propre cœur, par la transcription fidèle de ses émotions. Pour Georgeta Şuta, la poésie est, premièrement, une leçon de simplicité, un message du cœur vers un autre cœur. » Ion Cristofor


En collaboration avec : Radio-TV Arthis, Elle/Zij – Femmes Roumaines en Belgique
Dans le cadre de Histoires d’hiver

MRP nou 2018

Dans le cadre du projet « La Roumanie à 100 ans - Sous le signe du centenaire à Bruxelles »
Avec le soutien de : Fédération Wallonie Bruxelles, Vlaamse Gemeenschapscommissie, Cocof, Stedenfonds, Ville de Bruxelles,
Ministère des Roumains de Partout dans le Monde.

Aller au haut